Il m’arrive souvent de rêver d’une verge seule, détachée d’un corps masculin, flottant dans l’air et qui enfle dans ma bouche, tandis que ma langue se love tout autour et l’enserre; elle se tend lentement, ma gorge se serre convulsivement sur ce gland gonflé de sève et le masse doucement. Plus tard, je déguste particulièrement la dernière goutte que je soutire en exerçant une tendre pression tout le long de la hampe, tandis que ma langue serre doucement le gland sur mon palais.