Je n’ai pas de chatte
Mais un matou gras et satisfait
Qui dort beaucoup
Parfois pendant des semaines entières
Pataugeant dans la dégustation
Luxurieuse et égoïste
de sa propre existence
Laissant indolent
Dériver sa vie
Bien au chaud

Mais quand il se réveille
Affamé
Impatient
Vorace
Fébrile

Ses lèvres mal léchées
Dégouttent dégouttent
Mouillent sa fourrure
À la moindre brise musquée
À la moindre effluve de sueur
Ou du sang
Au moindre battement de cils

Alors il bouffe
Et bouffe
Des jours durant
Sans arrêt
S’étirant se dilatant
Cédant à toutes les tentations
Pour avoir juste un peu plus
Toujours plus
Plus encore
Encore

Et quand enfin repus
Il laisse derrière lui
Désordre
Morsures
Contusions
Muscles endoloris
Cœurs déchirés

Pour retourner dans son coin
Les yeux en amande
Bien au chaud
Ronronnant
Satisfait
Replet