Ma copine Jovette n’est pas seulement ma meilleure amie. Elle est la gardienne officielle de mes minous — et une thérapeute qui pratique toute une panoplie de médecines alternatives toutes plus bizarres les unes que les autres. Évidemment, ça fait hurler Simone, qui est plus positiviste qu’Auguste Comte. C’est pourquoi j’attends qu’elle soit partie travailler pour inviter Jovette à la maison. (Hé, y’a pas de mal à mettre toutes les chances de son côté, non?)

— Pour commencer, m’a-t-elle dit, tu dois apprendre à te détendre. Dans ton état, le contrôle —du stress, c’est primordial.

— Évidemment. Qu’est-ce que je dois faire?

— Tu pourrais apprendre à méditer. Tiens, faisons-le ici, tout de suite. Commençons par nous déshabiller…

— Nous déshabiller? Pourquoi?

— Pour exacerber l’éréthisme sexuel et ainsi mieux capter les vibrations cosmiques.

— Ah. Ça me semble complètement idiot… mais après tout, c’est toi la spécialiste…

— Tu vas voir, ça te fera un bien énorme. Assieds-toi en tailleur devant moi… non, ce pied-ci sous ta cuisse… c’est ça.

— Aie. J’ai pas l’habitude. Ça ne tiendra jamais.

— Maintenant, la respiration. C’est le plus important. La respiration doit être régulière. Alors tu concentres toute ton attention. Inspire… un… deux… trois… et à cinq, expire… un… deux… trois… quatre… cinq…

— Fffffffffffffffff…

— Ohmmmm… fit-elle, les yeux clos

— C’est quoi ça?

— Un mantra. Ohmmmmm…

— Ohmmmm… répondis-je, sans trop de conviction.

— Ohmmmm… Ohm? Qu’est-ce que tu fai ? me demanda Jovette sans ouvrir les yeux.

— Mon pied a glissé. Oh! Mais tu mouilles!

— Ohmmmmm… Anne, j’ai dit: on se concentre sur la respiration.

— Je veux bien, mais tu sens la cyprine jusqu’ici.

— Ohmmmmm…

— Je peux te passer l’orteil pendant que nous méditons?

— Non. Ohmmmmm…

— Doucement… comme ça…

— Ohmmmm… non… Anne… Oh! Ffffffff…

— Tu vois, moi aussi je suis experte en pratiques alternatives…

— Ohmmmmm… Oh! non… arrête! Oh… non! Anne! Je…

— Tiens, on change de mantra, maintenant?

— Anne… Oh! je… Oh! oui… oui… OUI! OUI!

— Bon, ça y’est. L’éréthisme sexuel est exacerbé. Quand est-ce qu’elles viennent, les vibrations cosmiques?