Annie, à l’agonie, dicta son testament :
« Que tous mes amants suivent mon enterrement. »
Or, il en vint plus de cent au cimetière
Ce qui, en pleurs, fit dire à sa pauvre mère :
« Comme il est bon de les voir enfin réunis ! »
Les hommes de sa vie ? Non. Ses genoux, pardi !

*  *  *
 
 
Cliquez sur l’icône pour voir l’illustration de Camille MM.