Rien ne me rend plus heureuse que de ne rien faire. Le drame, c’est que l’oisiveté ne peut être convenablement dégustée qu’à condition d’avoir un agenda qui déborde de rendez-vous et de trucs à terminer.