Trouvé dans une caisse achetée à l’aveugle dans un encan, la seconde édition (1784) des Contes en vers d’un certain M. D***, un In-8 de 143 pages dans un état splendide, dans une reliure demi veau qui date probablement du milieu du XIXe siècle.

Je le lis précautionneusement, avec tendresse et des gants de coton — c’est charmant et libertin à souhait. Comment se fait-il que même la BNF n’en a jamais entendu parler?