Me mettre à réfléchir avant de parler — et avant d’écrire, à fortiori — exigerait un tel chavirement de ma personnalité que je préfère encore prendre le risque de passer pour une sotte finie.