Rêve étrange. Je suis sur la scène d’un théâtre qui ressemble à celui où ma mère m’amenait quand j’étais petite pour voir des pièces pour enfant. Je suis vêtue d’une petite robe noire toute simple, de ce genre de celles que je m’achetais quand j’étais encore mariée avec elle. Un homme se présente, habillé comme un Monsieur Loyal de cirque. Il explique au public (que je ne vois pas) le déroulement du spectacle; tous pourront, chacun à son tour, me demander de faire à peu près n’importe quoi — les sucer, les branler, les laisser me cracher dessus, pisser ou éjaculer sur moi, ou par terre et me demander de lécher. Il est toutefois interdit de me toucher, sous peine de mourir foudroyé, calciné, dans les convulsions atroces.

Le premier participant qui monte sur la scène est la papesse du jeu de tarot. Elle demande à ce que je sois clouée sur la table où l’on servira le dîner. Je me réveille et constate que mon chat a fait tomber la photo de ma mère par terre.