Dans mon rêve, je m’étais dévêtue pour grimper au plus grand arbre du jardin – un arbre à bites majestueux, au port délicat rappelant celui du saule pleureur. Mes cuisses nues embrassaient l’écorce lisse et humide, laissant des traînées baveuses de cyprine qui couraient pour aller se perdre et s’absorber dans la mousse. Tout en haut, mais encore protégée par l’ombre des feuilles, je me suis mise à cheval sur une fourche écartée en balançant mes pieds dans le vide. Le pollen chatouillait mes narines; autour de moi, les fruits balançaient lourdement sous le vent. Je tendis la main vers eux : ils étaient denses et fermes, et les plus mûrs s’animaient, s’érigeaient lentement sous mes doigts. L’un d’eux se présenta à mon visage alors qu’un autre s’insinua avec délicatesse entre mes cuisses, alors je serrai mes jambes et appliquai amoureusement mes lèvres à la hampe gorgée de jus. Je me trouvai bien vite prise de toutes parts, de longs rameaux enroulés autour des poignets, des chevilles et de la taille, les fleurs chatouillant ma peau et chaque orifice doucement fouillé par ces priapes frais et sucrés.

À mon réveil,  j’avais les lèvres et l’intérieur des cuisses couvertes de miel.