— Regarde! J’ai trouvé une patate qui a l’air d’une paire de fesses!

— Tiens tiens… mais tu as raison. Tu devrais la mettre sur eBay. Je suis certaine qu’un crétin quelque part va l’acheter.

— Nan… ça marcherait seulement si on pouvait voir la Vierge Marie dans la fente…

— Qu’est que tu vas en faire, alors?

— Ben… j’allais la mettre au four avec les autres, mais…

— Mais quoi?

— Regarde: si on la retourne, ça ressemble vachement à une noune.

— Pfffff. Pas du tout.

— Je te dis que oui! C’est une pomme de terre anatomiquement parfaite. Finalement, je crois que tu as raison. Je vais la prendre en photo et la centre sur eBay. Allez, enlève ta culotte.

— Quoi?

— Je vais photographier ma patate à côté de ta chatte, pour montrer à quel point la ressemblance est frappante.

— Es-tu en train d’insinuer que ma chatte ressemble à une patate?

— Ne fais pas ta mijaurée. Tu sais exactement ce que je voulais dire.

— Ma chatte ne ressemble en rien à une patate.

— Allez… on pourrait faire un max de fric.

— Fous-moi cette patate au four.

— Attends… viens-tu de me demander de te foutre la patate?

— J’ai aussi dit le mot «fourre».

— Hé hé hé…

— Et après, je veux te voir la manger. Ça, ça mériterait une photo.

— Je vais le faire, et avec un tas de crème sure.

— Petit cochon, va.

— Euh… on parle encore de la pomme de terre, là?

— Oh oui. Badigeonne-moi des deux côtés de la patate.

— Dans ce cas, approche un peu ton œilleton que je t’en tubercule.

— Chéri, tu es l’amidon toutes les femmes rêvent.