Elle préparait son examen de français langue seconde. Nous parlions chaque jour une heure au téléphone et elle me payait vingt dollars par appel. Après deux mois, nous sommes devenues de bonnes copines, même si nous ne nous sommes vues qu’une seule fois.

— Je suis comme un vieux creep qui paie pour parler à une fille, me dit-elle un jour en blaguant.

— Ne t’en fais pas, je suis habituée de vendre mes organes à la minute.

You are not saying that you are a part time hooker, aren’t you?

— En français… lui rappelais-je gentiment.

— Je sais, je sais. Tu dis pas que tu es sexe travailleuse, quand même.

— «Tu NE dis pas», et «travailleuse du sexe». Pour répondre à ta question: non – du moins, plus maintenant. Aujourd’hui, je me contente de vendre mon ouïe et ma voix. Et aussi ma maîtrise de la langue.

God… Je aurais bien de besoin de une personne qui maîtrise sa langue right now.

— Je vais mettre ce sous-entendu graveleux sur le compte de ton français hésitant.

— Je ne te fais pas mal à l’aise quand je parle à ce sujet, j’espère…

— Mais non, pas du tout. Mais je dirais «Je ne te rends pas mal à l’aise quand je parle de ce sujet», par contre.

— Trouver un homme qui est prêt de utiliser sa langue, you know? C’est très dur.

— Ils ne savent pas ce qu’ils manquent, Kimberly.

Ok, now I need to know if you are coming on to me.

— En français, peut-être.