L’État se fait toujours appeler Patrie lorsqu’il est sur le point de commettre un meurtre.