Anne Archet

Page 2

Héroïne sans emploi, pétroleuse nymphomane, Pr0nographe lubrique, anarcho-verbicruciste, poétesse de ses fesses, Gîtînoise terroriste (et menteuse, par dessus le marché). Si j'étais vous, je me méfierais, car elle mord jusqu'au sang.
1386 articles written by Anne Archet

Je te cherche dans les collines et les greniers
Je te cherche sur l’ourlet de ma vulve
Je te cherche dans mes draps souillés de rêves
Je te cherche au Caire et à Paris
Je te cherche dans les placards du siècle
Je te cherche dans les rayons de poussière
Je te cherche sous la tranchefile
Je te cherche engluée au plafond
Je cherche ton poignard palpitant
Dans la nuit et dans la pluie

Je cherche ton sexe de crabe
Je cherche les chats vérolés
Qui se nourrissaient à tes mamelles vertes
Je cherche les machinations aveugles de tes mains
Sur mes seins frissonnants
Je cherche ta peau séchée par la fumée des passions
Je cherche tes bas qui raffermissaient tes jambes
Ton corset qui soutenait ton corps tremblant
Tes rides tes seins ballants ton air affamé
Et tes robes qui sentaient ton corps pourri
Je cherche ton ventre pour me nourrir
Je cherche tes cheveux pour me rassasier
Je cherche tes reins et ta tête rasée
Je cherche ta langue qui perce mes yeux
Et qui les remplit de salive triomphante

Je te cherche aussi auprès des femmes
De ces femmes que tu voulais fuir
Ces femmes aux mains grasses
Qui caressaient tes seins nus
Et qui crachaient leur urine dans ta soupe
Je te cherche chez les femmes intempestives
Aux ongles de désert cisaillant
Aux aisselles de forêt ruisselante
Je te cherche chez les passantes
Qui ajustent effrontément leurs bas
Avant de vaporiser leur lymphe dans mon cœur

Je te cherche aussi dans les vices des hommes
Car ils étaient ton domaine
Je te cherche dans leurs plaies – tes doux gâteaux
Je te cherche dans leurs viles pensées
Que tu aimais tant mâcher
Je te cherche dans leurs cratères
Qui crachaient leur sperme froid de fantôme
Je te cherche sous leurs prépuces rances
Sur le papier bible de leur prétention
Dans leur ignorance de ton pouvoir

Je te cherche dans la laideur
Où tu trouvais toute ta beauté
Te trouverai-je assise devant une table cassée
La mort dans le ventre et rien dans l’armoire
Fatiguée de tout même de tes souvenirs ?
Te trouverai-je dans les mots d’enfants
Que tu as murmurés en mourant ?
Te trouverai-je près du phallus qui a sonné le glas
Le jour où tu t’es mise à dormir ?
Te trouverai-je enfin
Dans le désespoir de mes songes ?
Car tes désirs d’hier
Sont mes rêves de demain

Remets-moi tout ça immédiatement
Tu ne peux pas te déshabiller ici
Tu ne peux pas étaler sur ce tapis
Tes seins ta motte ton cul pour la caméra
Éteins-moi ce cigare il est interdit de fumer
Non ce n’est pas le temps de prendre un bain
Mais vous êtes tous devenus fous ma parole
Tu ne peux pas te raser les couilles dans la cuisine
Et laisser des poils sur le carrelage
Ce n’est pas le moment de se branler
Mais qu’est-ce qui te prends de te branler
Comment peux-tu te branler à un moment pareil
Mais qu’est-ce que c’est que ça
Tu ne peux pas rester ici avec un doigt dans la chatte
Ce n’est pas le moment de se passer le doigt
Quelle est cette odeur
Ne lui mets pas ta langue à cet endroit
Ne lui tâte pas les fesses
Ne lui mets pas un doigt en astiquant son manche
Tu as des mailles dans tes collants
Arrête tu fais des mailles dans tes collants
Remets ton t-shirt cesse de les tâter personne ne veux les voir
Et toi, ne laisse pas ton slip taché dans le bol à fruits
Qu’est-ce que c’est que ça
Tu ne peux pas apporter ça ici
Remets-le dans ton sac
Éloigne ce truc de moi
Ils vont revenir d’une minute à l’autre
J’entends leurs pas dans l’escalier
Leur voix derrière la porte
N’approche pas ou je crie
Ne me touche pas
Non je

J’eus la permission de les regarder
Ils laissèrent la porte ouverte
Le plus jeune me tournait le dos

L’autre assis, pantalon aux chevilles
Il lui pompait goulument le dard
Bave en filets gluants au menton

Et moi je me contentais de me branler
Spectatrice conne et coite, quoique…
J’aurais dû m’approcher d’eux

Passer mes doigts dans ses cheveux
Parquer mon cul nu sur le béton glacial
Pour lécher le sien, brûlant

Frotter ma chatte sur ses lèvres
Pour lui faire goûter le suc amer
L’essence même de mon plaisir

Lécher sur sa joue râpeuse les traces
Du plaisir défunt de son amant
Lui demander son prénom, à tout le moins

Mais ils ont fui hilares et repus
Me laissant seule, rouge aux joues
Cuisses inondées, corps incendié

Mon amour à lécher
Une touffe dans le buisson
Que leurs bites à la queue-leu-leu
Fourre-tout
Les Quatrains de la catin
Foule de nudités frontales
Du sable dans le KY
Son cul existe : je l’ai rencontré
Poésie rectale
Orgie virile à Amqui
Retiens-toi encore un peu
Chipie barbue cute
Mon chien est une porn star
Calvitie masculine et chauvinisme mâle
Le spleen du Paris Pâté
Poils pubiens devant la Cour Suprême
La crapule et le sodomite
Tout mais pas ça
Batte de baise balle
Viens-donc qu’on puisse partir
Cœur de béton
Cachou à l’anis et crachat à l’anus
Les mats se couchent à Mascouche
Au rendez-vous des poètes bandés
Fait à l’os
Passe-moi un Québec
Bâtard adipeux
La soumission de Jean-Roger
Du sperme dans mon whiskey
Amour à l’arrachée
Chochotte et cum shot
Ève a une pomme d’Adam
Cesse de faire le fif et suce cette queue
Barbiche poisseuse
Monsieur Démon du Midi
Un mec lesbien, ça n’existe même pas
Le pied, c’est douze pouces
Écharde-moi
Ma salope intérieure
Le concombre et moi un samedi soir
Encore une ode à ton glorieux chibre
Freak chaud
Croutes de sperme et biscuits Ritz
Shorts de jeans et botte de cuir
Trop salissant pour être honnête
Dick pics et cacographies

Tu m’as baisée à la piscine municipale
Où nous travaillions tous les deux
Une crampe nécessitait des soins d’urgence
Dans ton maillot de bain réglementaire

Par pure conscience professionnelle
Je me suis héroïquement jetée
Entre tes genoux, sous la table
Du local réservé aux maîtres-nageurs

La directrice a failli nous surprendre
Je suis donc restée immobile
Ta queue dans la bouche
Jusqu’à ce qu’elle parte

Toi tu n’as même pas débandé
Ton cœur battait entre mes lèvres
Ton parfum de sueur, de sperme
Et de crème solaire emplissait mes narines

Nous avons alors convenu
Que c’était vraiment trop risqué
Mais puisque la piscine fermait
Tu m’as suivi dans le vestiaire des filles

Ton érection déformait le lycra
De ton maillot de bain réglementaire
J’ai glissé ma main entre tes cuisses
Hâlées et noueuses de champion crawleur

Tu as mordu mon cou et empoigné mes seins
Les yeux hagards et le souffle court
Et j’ai attrapé ton membre congestionné
Comme on s’agripperait à une bouée

J’ai longuement astiqué ta bite
Avec tant de soin et d’application
Que je m’attendais à tout moment
D’en voir sortir le génie de la hampe

Mais je savais que c’était dans mon cul
Que tu souhaitais rendre l’âme
Alors, je me suis retournée en baissant
Le bas de mon maillot de bain réglementaire

J’ai guidé ton membre entre mes fesses
Râlant à chaque poussée comme une noyée
Expirant dans la houle qui me tanguait
Tuée puis réanimée à chaque coup de boutoir

Et quand enfin tu as fini par te retirer
Tu as déroulé le préservatif rubané de merde
Pour pisser ton foutre à grand traits
Sur le lycra de mon maillot de bain réglementaire

Éteins la lumière
Enlève ce peignoir et approche

Montre-moi un peu de peau
Décroche le téléphone

Je me suis fait belle pour toi
Harnachée de cuir le gode triomphant

Regarde ma bite comme elle me va bien
Je l’ai achetée en pensant à toi

Regarde on croirait vraiment que je bande
Viens sur le lit je serai ton amant

Reste tranquille pendant que je soulève tes jambes
Pour que tes pieds frappent la voie lactée

Essaie de ne pas crier pendant que je te baise
Comme un lièvre, dents sorties et oreilles rabattues

Pendant que j’attise et je que je fourgonne
Le feu ardent qui brûle tes entrailles

Pendant que je te ramone le conduit
En chantant chim chiminey chim chim cher-ee

Pendant que ma queue avance comme le canot
De Radisson — au plus profond de ton continent

En lacérant ta poitrine d’ange déchu
En branlant ta queue comme si c’était la mienne

Viens que je te déflore ô mon aimé
Sur ce lit de satin rouge en forme de cœur

Viens t’asseoir sur mon pieu
Comme sur le trône de Saint Pierre

Avant de boire à mon puits
Pour obtenir la vie éternelle

Nageur disponible pour pipe aux vestiaires
Cherche suceur de bite prêt à se déplacer
Trans asiatique pour homme viril et poilu
Cherche femme ronde avec tatouages
Jeune bottom pour top expérimenté
SOS! Fantasmes à réaliser
Je suce au Lac Leamy
Recherche femme bi pour couple
Ma porte n’est pas verrouillée
Seule ce soir – à qui la chance?
Simplement du cul à trois
Jolie transsexuelle asiatique avec fouet et accessoires
Auditions pour mon gang bang + photos
Besoin d’un soumis épilé
Hétéro et viril cherche une queue
Je t’attends sans pantalon dans mon jeep
Bear — veut lécher ton cul
Libre à 14h00
Garagiste butch pour demoiselle en détresse
Mouillée et bi-curieuse
Hippie cherche femme avec herpès
Tirez mes cheveux et crachez sur ma chatte
À Ottawa pour deux soirs seulement
Je serai ta petite pute
Retraité jeune soixantaine cherche twinks
Homme ou femme pour trio HHF ou HFF
Étudiant camerounais pour échange gay
ANR/ABF : mes 38 D juste pour toi
Passif noir et bi
Glory hole à Gatineau?
Jeune, ferme et prêt pour l’action
Besoin d’une queue bien dure se déplace seulement
Plaisir anal
Blow job et 420 je reçois
Je baise ta femme devant toi
Travesti en costume de soubrette pour sodomie et lessive
Pas de photo pas de réponse
Je te montre mon hymen et tu me montres le tien
Culturiste avec petit pénis cherche semblable
Bite format maxi besoin de tendresse
Gratuit : danseur nu pour femme seulement
Choisis-moi
Mari et femme – cherchons licorne
Ouvriers de la construction pour masturbation collective
29 ans versatile et bien membré
Homme ou femme prêt à avaler mon foutre
Échange poppers contre fist profond
Martini et tribadisme ce soir
Bouche chaude en manque
Étudiante pour monsieur généreux
Petit cul serré et vierge pour sodomie à Vanier
Je veux être ton esclave sexuel
Je suce homme marié propre + pas d’ITS
Bandé et prêt pour toi
Petit, maigre, 19 ans, rêve d’une cougar
Disponible pour un café et peut-être plus…
Bâillonnée et ligotée
Besoin de crème
Film porno et masturbation mutuelle chez toi
Ma queue + ton cul = extase

Vous n’êtes PAS autorisé à contacter l’annonceur
Au sujet d’autres services ou intérêts commerciaux