Comptines

Comptines lestes pour ne pas dormir.
Il y a 81 articles dans la catégorie Comptines / S'abonner

Dodo Berline
Sainte Catherine
Endormez-moi cette enfant
Quelle récupère de ses tourments

Ce soir on l’a fustigée
Pendue à l’envers par les pieds
Laissée à baigner dans sa pisse
Baisée par tous les orifices

Dodo Berline
Sainte Catherine
Endormez-moi cette enfant
Quelle récupère de ses tourments

Si l’enfant s’éveille
Coupez-lui l’oreille
Si l’enfant dort bien
Elle aura un gros câlin

Nous n’irons plus au bois
Pour aller faire baiser
La belle que voilà
Par des tas d’étrangers

Sortez votre bite
Si on vous y invite
Dans les fourrés
Fourgonnez qui vous voudrez

La belle que voilà
Par des tas d’étrangers
Car du dogging elle a
Fini par se lasser

Sortez votre bite
Si on vous y invite
Dans les fourrés
Fourgonnez qui vous voudrez

Car du dogging elle a
Fini par se lasser
Le samedi restera
Sage devant la télé

Sortez votre bite
Si on vous y invite
Dans les fourrés
Fourgonnez qui vous voudrez

Le samedi restera
Sage devant la télé
Et j’irai, quant à moi
Seule aller prendre mon pied

Sortez votre bite
Si on vous y invite
Dans les fourrés
Fourgonnez qui vous voudrez

 

C’est Gugusse, avec son aiguillon
Qui fait jouir les filles
C’est Gugusse, avec son aiguillon
Qui fait jouir les filles et les garçons

Mon papa il ne veut pas
Que je jouisse, que je jouisse
Mon papa il ne veut pas
Que je jouisse entre ses bras

C’est Gugusse, avec son aiguillon
Qui fait jouir les filles
C’est Gugusse, avec son aiguillon
Qui fait jouir les filles et les garçons

Il dira ce qu’il voudra
Moi je jouis, moi je jouis
Il dira ce qu’il voudra
Je vais jouir entre ses bras.

 

I went to the bordel
Pour boucler la fin du mois
The first guy I met
M’a prise pour une fille de joie

I love you
Vous ne m’aimez guère
I love you
Vous n’m’aimez pas du tout

Mam’zelle what have you got
Sous ce beau petit jupon-là?

I’ve got a bubble butt
Ne l’achèteriez-vous pas?

I love you
Vous ne m’aimez guère
I love you
Vous n’m’aimez pas du tout

Oh ! Let me fuck you now
C’est ma femme qui vous paiera

I went to see his wife :
La salope n’y était pas !

I love you
Vous ne m’aimez guère
I love you
Vous n’m’aimez pas du tout

* * *

Aidez cette pauvre artiste flouée par son client. PayPalez-lui un dollar ou deux, elle pourra prendre le bus et retourner à la maison.

Faudra-t-il les ramasser ?
Les tortiller ou les nouer ?
Les jeter par-dessus l’épaule ?
Les laisser tremper dans un bol ?
Les faire sécher sur le comptoir ?
Les remiser dans une armoire ?
Aller les inscrire à la bourse ?
À la fac ou au champ de course ?
Les faire bénir par le pape ?
Ou les faire passer à la trappe ?

 

Sur le fil à sécher le linge
Il y a une p’tite culotte
C’est à mon amie Charlotte

Sur le fil à sécher le linge
Il y a une cagoule
C’est à mon voisin Raoul

Sur le fil à sécher le linge
Il y a un gode-ceinture
C’est à la maîtresse d’Arthur

Sur le fil à sécher le linge
Il y a un string à bretelles
C’est à la tante à Isabelle

Sur le fil à sécher le linge
Il y’a une poche à lavement
C’est à grand-papa Armand

Sur le fil à sécher le linge
Y’a des capotes usagées
C’est à mon cousin Roger

Un petit cochon
Pendu au plafond

Fouettez son derrière
Il appellera sa mère

Tordez ses mamelons
Il hurlera son nom

Bourrez-lui le cul
Il n’en pourra plus

Tirez-lui ma queue
Il ira bien mieux

Tirez-lui le tuyau
Il donnera du sirop

Tirez-lui le piquet
Il donnera du lait

Tirez-le plus fort
Il en voudra encore

Combien de plus en voulez-vous ?
– 1, 2, 3, 4, 5 !

* * *

Vous avez envie d’encourager l’artiste? PayPalez-moi un dollar ou deux, ça vous vaudra une place de choix au paradis.

 

Ne pleure pas Jeannette
À la zim boum boum, à la zim boum boum
Ne pleure pas Jeannette
Nous te gang-bangerons

J’inviterai des motards
À la zim boum boum, à la zim boum boum
J’inviterai des motards
Ou trente bucherons

Je n’veux pas de motards
À la zim boum boum, à la zim boum boum
Je n’veux pas de motards
Encore moins de bucherons

Je veux tout plein d’anars
À la zim boum boum, à la zim boum boum
Je veux tout plein d’anars
Ceux qui sont en prison

Je les laisserai venir
À la zim boum boum, à la zim boum boum
Je les laisserai venir
Tous dans mon petit con

Car j’ai lu que c’qui vient
À la zim boum boum, à la zim boum boum
Car j’ai lu que c’qui vient
C’est l’insurrection.

 

Quand je mets mon diaphragme
C’est pour éviter le drame
J’applique aussi du spermicide
Car c’est mieux que l’infanticide

Si j’avale des cachets d’Alesse
C’est pour pouvoir jouer aux fesses
Si je choisis le stérilet
C’est pour fourrer l’esprit en paix

Quand je me mets du lubrifiant
C’est pour plaire à mon bel amant
En lui enfilant un condom
Pour qu’il me tringle pour de bon

Quant au coït interrompu
C’est autre chose, bien entendu :
Car si j’lui dis de s’retirer
Au fond, c’que j’veux, c’est un bébé
(En vé-ri-té).

 

Un : Monsieur LeBrun
Deux : secoue ton pieu
Trois : puis, mets-le moi
Quatre : au fond d’la chatte
Cinq : tords-moi les seins
Six : car c’est mon vice.

 

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman s’occupe comme elle peut
De ses charmants petits morveux
Mais vingt heures? Il est plus que temps
D’aller rejoindre son amant

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman se fait bien du souci
Pour sa ribambelle de petits
Mais quand il est passé vingt heures
Elle pense à son vibromasseur

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman fera une crise de nerfs
Si ce soir vous lui pompez l’air
Dans son bain elle veut mariner
Avec Cinquante nuances de Grey

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit.

 

Quand je serai maquerelle
J’aurai de gros lolos
De gros lolos tout rouges
Ronds comme des navets
De gros lolos tout rouges
Gros comme des courges
De gros lolos tout rouges
Qui remuent et qui bougent.

Et ça f’ra rire les vicieux
Les petits enfants et même les vieux

Quand je serai tapineuse
J’aurai une guêpière
Une drôle de guêpière
Avec des cotillons
Une guêpière magique
Remplie de foulards
Remplie de pétards
Remplie de morpions

Et ça f’ra rire les vicieux
Les petits enfants et même les vieux

Quand je serai une grue
J’aurai une paire de bottes
Avec des talons hauts
Qui montent jusqu’à la plotte
Avec des talons hauts
Pour faire monter au ciel
Avec les zoiseaux
Sans avoir des ailes

Et ça f’ra rire les vicieux
Les petits enfants et même les vieux

En passant près d’Ottawa
Où y’a tout plein d’Anglais
J’en ai entendu qui disaient:
«Good afternoon»
Et moi je croyais qu’ils disaient:
«Goûte à ta noune !»
Et je me suis enfuie, et je me suis enfuie.

En passant à Calgary
Où y’a tout plein d’Anglais
J’en ai entendu qui disaient:
«She moves like a cat»
Et moi je croyais qu’ils disaient:
«C’est mou d’la quéquette»
Et je me suis enfuie, et je me suis enfuie.

En passant à Vancouver
Où y’a tout plein d’Anglais
J’en ai entendu qui disaient:
«And I’m getting through»
Et moi je croyais qu’ils disaient:
«Elle m’a guetté l’trou»
Et je me suis enfuie, et je me suis enfuie.

Saint Nicolas,
Patron des obsédés,
Remplis-moi tant de foutre
Qu’il coulera par mon nez.
Fourre-moi la plotte
Et lime-moi le fion,
Si je ne suis pas sage
Donne-moi une bonne leçon.

Aux premiers feux du soleil
Youkaïdi, youkaïda,
Quand le camp est en éveil,
Youkaïdi, aïda.
On la voit dans sa tente
Les deux doigts sur la fente.

Refrain:
Youkaïdi, youkaïda,
Youkaïdi, aïdi, aïda,
Youkaïdi, youkaïda,
Youkaïdi, aïda.

Le campeur en la voyant
Youkaïdi, youkaïda,
N’a mêm’ pas besoin d’argent
Youkaïdi, aïda.
Si vous êtes bien monté
Votre crédit est assuré.

[Refrain]

La gentille campeuse
Youkaïdi, youkaïda,
Est une sacrée rouleuse
Youkaïdi, aïda
Sur la table à pic’nique
Elle vous sucera la trique

[Refrain]

Et quand arrive la nuit
Youkaïdi, youkaïda,
Son ardeur nous réjouit
Youkaïdi, aïda
Tous les vacanciers du lieu
La prennent à la queue-leu-leu

[Refrain]