Dialogues vénériens

Page 13

Petits fragments théâtraux à caractère scabreux.
85 articles in category Dialogues vénériens / Subscribe

Simone se retourne, puis me dit simplement: «Tu mens».

— Il n’y a pas de vie sans mensonge, dis-je, tout aussi simplement.

— Tu mens avec tout. Avec tes mots. Avec tes sourires. Avec ton corps. Avec tes regards.

— Ma seule certitude, ma seule vérité, c’est la mort. Je veux la vie. Alors je mens.

Les yeux rougis, elle essuie une larme du revers de la main.

— Qu’est-ce que tu leur raconte, à tous ces hommes?

— J’improvise.

— Je sais ce que tu penses d’eux!

— Je n’en pense rien. Ils me baisent quand j’en ai envie, c’est tout.

— Mais si ce n’est que ça, alors pourquoi mens-tu? Pourquoi es-tu toujours en train de mentir?

— Je ne te mens jamais, à toi.

— Mais à eux? Pourquoi?

— Tu veux le savoir? Parce qu’ils s’attendent tous à ce qu’une fille comme moi leur mente.

Elle s’effondre et pleure, la tête enfouie dans l’oreiller.

— Tu n’es qu’une pute. Tu as le sang d’une pute.

*  *  *

Plus tard.

— Tu mens, je le sais.

— Mais enfin, qu’est-ce que tu me reproches? Tu as toujours exigé la vérité, je te l’ai toujours offerte. Qu’est-ce que ça peut te faire, ce que je leur raconte

Elle contemple le mur, assise sur le lit, serrant ses jambes repliées contre sa poitrine.

— Et qu’est-ce que tu leur dit? finit-elle par me demander.

— Je leur dit baise-moi, ou laisse-moi te baiser, rien d’autre.

Elle se lève, s’habille en silence, puis me dit:

— Dans ce cas, leur mensonge est ma vérité.