Divination

Ô gourou Google, toi qui détiens la sagesse de milliards de réincarnations, dis-moi…
15 articles in category Divination / Subscribe

Hier soir, j’ai renversé en tchatant mon café sur le clavier de mon portable. Une crise de panique et une longue séance de séchoir à cheveux plus tard, chaque touche écrivait les mêmes signes à écran: 7h=2d4, 7h=2d4, 7h=2d4, 7h=2d4…

Mon voisin, technicien en informatique de son état, a su réparer ma bécane mais m’a avoué être incapable d’interpréter cet oracle électronique.

Hier matin au collège, il y avait une carte à jouer sur le plancher du corridor, devant la porte de mon bureau.

Je n’ai pas osé la retourner.

CRACK !
« Si vous pensez comme tout le monde, n’allez pas jusqu’à l’écrire – personne ne penserait à vous lire. »

CRACK !
« La forme, c’est le message. Votre mise en page en dit plus long sur vous que ce que vous écrivez. Ce que vous dites à moins d’importance que la façon dont vous le dites. Et personne ne veut savoir que votre petit chat est mort. »

CRACK !
« Le sage sait que chaque commentaire élogieux précède une insulte gratinée. Il reste donc modeste et évite de pontifier comme une star internationale du web. »

CRACK !
« Jamais le sage ne perd son sang froid devant ses cent visiteurs quotidiens, car il sait qu’il s’agit des mêmes dix personnes qui viennent guetter dix fois ses mises à jour. »

CRACK !
« Les fotes d’ortografes, les abrev mem pô lisib, les smilies, les GIFs animés et les mangas sont l’acné juvénile du blog. »

CRACK !
« Le sage sait que la pub est un chancre qui dévisage ses écrits et n’hésite jamais à sacrifier les quelques pièces exigées par les démons pour s’en débarrasser. »

CRACK !
« Le sage sait qu’il n’a qu’à pondre la millionième définition du mot blog ou discuter sans fin des mérites respectifs de Blogger et de Movable Type pour être cité par Jean-Luc de MediaTIC. Il décide donc de s’abstenir pour ne pas bêler avec le troupeau. »

CRACK !
« Puisque la lecture à l’écran est une forme ancestrale de torture, le sage poste court quand il ne peut pas poster très court. »

CRACK !
« Le sage sait soigner ses amitiés virtuelles, mais il sait qu’il n’écrit pas que pour une poignée de happy few. Il s’abstient alors de tenir des propos hermétiques compris par trois initiés et leur sœur. »

CRACK !
« Les papillons postent dix fois par jour mais meurent au premier vent froid. Les tortues ménagent leurs effets et vivent centenaires. »

CRACK !
« La fermeture dramatique et théâtrale est une étape obligée de tout blog qui se respecte. Après avoir fait ses adieux, le sage prend des vacances et revient comme si de rien n’était. »

Vous trouverez l’amour lorsque le camion brachycéphale et l’intriguante perforeuse auront ourdi le complot des putains fromagères.

Dans mon atlas personnel, on retrouve l’Utah sous mon nombril, car c’est là qu’est situé le Grand Lac Salé.

Confucius disait : le rhinocéros qui broute du mazout finira toujours par chanter des arias avec les pères de la Confédération. Pourquoi alors s’épiler les jambes ?

La chance viendra comme un candidat présidentiel pêchant la morue sur le toit d’une boulangerie.

Votre langage sera clair sur réception des messages hachurés : o i la lang cosm de mont c’e le gou éval n bris de l’i pri ot v – discours vertical vertébré sexuellement intellectuel.

Confucius disait : le garde-manger du cannibale, c’est la salle d’attente de l’urgence.

Attention aux chiffres impairs et aux pléonasmes glorieux des prismes lexicaux.

Le vendredi sera votre jour chançeux, à moins que la pureté tellurique puisse se passer de l’ombre machinale.

Au travail, tentez de caresser le piston en sucre d’érable dans le centre-ville intime de la secrétaire thermomètre.

Savoir rire de la mort est bien pratique lorsqu’on visite le Yukon en monocycle.

Le Gange coule près de Shawinigan ; on y fait flotter des billots pour récurer son karma.

Le ciment frais crie « Kool Aid ! Kool Aid ! » – j’ai les yeux oranges, c’est très mauvais pour le taux de glucose de mes larmes.

Je te dirais bien que je t’aime, mais la constitution canadienne ne le permet pas explicitement.

Les cocottes en papier sauvages hibernent l’été parce qu’elle ne peuvent être recyclées autrement qu’en factures d’huile à chauffage.

Je connaîs intimement la Vache qui rit car elle m’a enseigné le tango dans un bordel de Buenos Aires.

Trop écrire, c’est comme devenir soeur cloîtrée : ça donne mal au poignet.

Je n’utilise que des mots grinçants. Avec la poudre qui en résulte, j’engraisse les dictionnaires pour y faire pousser des adverbes.

Les sandwichs aux oeufs sont une excellente source de paticipation démocratique.

Je préfère marier ma cousine unijambiste que de collectionner les vrilles incrédules des souris intégrales.

Ô gourou Google, toi qui détiens la sagesse de milliards de réincarnations, dis-moi…

Suis-un homme ou une femme ?

Suis-je censée vous répondre ou dois-je plutôt me taire ? C’est cette oeuvre littéraire…

Vais-je un jour être satisfaite ?

Mais peut-être qu’un jour elle changera d’avis, qui sait ?

Serais-je plus heureuse si je n’avais pas jadis perdu ma virginité ?

C’eût été une façon de vivre heureuse, grasse et sainte.

Et si je devais mourir subitement avant d’atteindre l’extase ?

Et si je te disais qu’elle t’initierait à l’amour tantrique ?

Qui ça ? La mort ?

Cette sentence qui tombe comme un couperet.

Comment ferai-je pour la reconnaître ?

Les Canadiennes qui voyagent à l’étranger pourront reconnaître et éviter au besoin des ingrédients.

N’y a-t-il pas une infime chance que je devienne immortelle ?

Dans tout plaisir qui s’échappe, comme d’autres sortent du ruisseau, une femme n’est probablement pas dupe.

Un exemplaire de la Psychologie de masse du fascisme de Wilhelm Reich a poussé comme une excroissance sur mon sein gauche. Je me suis rendue à l’hôpital pour subir une biopsie et le toubib a extrait un gros morceau de chair tuméfiée bien sanglante où l’on pouvait lire:

« C’est la structure autoritaire, antilibérale et anxieuse des hommes qui a permis à la propagande hitlérienne d’accrocher les masses. C’est la raison pour laquelle l’importance sociologique de Hitler ne réside pas dans sa personnalité, mais dans ce que les masses ont fait de lui.»

J’attends encore le diagnostic, mais je suis convaincue que cette tumeur est maligne, puisqu’elle est l’expression de la structure caractérielle irrationnelle propre à l’individu moyen dont les besoins et les pulsions primaires, biologiques, ont été réprimées depuis des millénaires.

Manquerait plus que j’aie mes règles.