Papiers de fortune

Page 2

Poésies sur feuilles éphémères...
19 articles in category Papiers de fortune / Subscribe

(Rédigé à l’endos d’un menu de café.)

Il est une heure dans mon abri de Jésus-Christ poilu. Il est une heure à ma table et j’en bave d’aise comme une moniale édentée.

Et on continue d’écouter la lutte dans la taverne à gauche, et on continue de regarder le bien, le mal à travers une grosse quille. Une quille! Donne-moi donc une grosse bien froide pour flatter ma valeur humaine! Viens me la rentrer dans la tête, sale pornocrate englué! Vas-y, appuie-moi sur la porte, que je touche ta seringue en bébé formol! Viens que je te suce, tu es bien raide mort!

À ma connaissance, les gens sont mouillés. Vas-y, lèche mes méninges, moi aussi je suis bien mouillée, nervurée, bien soluble! Ton souffle est lourd de métal, toi Saturne, ma peine d’alcool. Lèche mes cordages, ma vie est bien bandée.

Puisque c’est ainsi, buvons du vin de plomb, la chaleur est vraie. Buvons pour éclaircir le poison, buvons pour tuer l’espérance imposable. Bois sans soif les flots âcres de mon dernier souffle; moi je broierai seule le suc ductile de ton sexe bienveillant.