Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne. Paris, Union générale d’Éditions, 1997 (1864)

Rien de moins sexy qu’un dictionnaire, me direz-vous. Celui d’Alfred Delvau (1825-1867) constitue toutefois une splendide exception à la règle, son sujet

delvau

et la qualité de sa base documentaire favorisant à merveille la lecture d’une seule main. Petit chroniqueur du Paris nocturne du Second empire, Delvau aurait sombré définitivement dans l’oubli n’eut été de sa passion pour l’argot et surtout les mots de la sexualité. Se qualifiant lui-même de «Saint-Vincent-de-Paul des nombreux mots orphelins qui grouillent dans le ruisseau», il a sauvé du naufrage une foule d’expressions rares qu’il a su maintenir en vie grâce à des explications dont la clarté n’est surpassée que par son goût de l’anecdote croustillante.

Tiré à trois cent exemplaires, le Dictionnaire érotique moderne fut condamné à la destruction totale par le tribunal correctionnel de la Seine en juin 1865, qui la qualifia de l’ouvrage «le plus froidement immonde qui existe». Cette première édition étant introuvable, les éditions contemporaines sont basées sur celle de 1880, produite par l’Imprimerie de Karl Schmidt de Bâle.

Vous croyez être un érudit des mots de l’amour? Voici neuf entrées tirées du Dictionnaire, pour tester vos talents de lexicographe pervers. Je vous donnerai demain matin la définition de Delvau!

  • Les talons courts
  • La bataille de Jésuites
  • Le cliquetage
  • La cousine de vendange
  • Écraser ses tomates
  • L’oraison jaculatoire
  • La patte d’araignée
  • Le précurseur
  • Le tire-bouchon américain

Évidemment, les tricheurs se rueront sur la version numérisée du Dictionnaire disponible sur le site de la BNF.

« Oeuvre précédente ♦ Menu des œuvres ♦ Voir les réponses »