Insertions

2 textes sous la rubrique Insertions

Annie dans sa petite chatte aime insérer
Des objets: c’est son vice bestial préféré.
Une carotte, une bouteille elle y a mis
Un saucisson et un manche de balai aussi.
Mais le jour où elle y enfonça tout le bras
Ses voisins la dénoncèrent à la SPA.

J’avais dix-sept ans lorsque j’ai rencontré Monsieur Bleubleu. J’étais alors obsédée par mon prof de philo, folle à lier d’amour. Je guettais son arrivée chaque matin, monopolisais ses heures de bureau, buvais chacune de ses paroles, riais comme une idiote à toutes ses blagues. Une vraie midinette.

Un jour, il se présenta en classe avec Monsieur Bleubleu, un gros feutre à encre permanente en métal avec une pointe biseautée de marque Dixon. «Demandons à Monsieur Bleubleu de nous épeler ce mot difficile» nous disait-il en rigolant, chaque fois qu’il écrivait au tableau à feuilles. Ce surnom enfantin, ajouté au caractère éminemment phallique de l’objet, me fit craquer. J’adorais le voir manier Monsieur Bleubleu de sa main robuste, lorsqu’il l’empoignait virilement pour le faire glisser sur la feuille vierge.

Lorsque quelques cours plus tard il plaça Monsieur Bleubleu dans la poche avant de son jean, créant une protubérance des plus suggestives, ma cervelle flancha. Les nerfs à vif, je profitai de la pause pour chaparder Monsieur Bleubleu, avec l’intention confuse de le conserver comme une relique. L’objet du délit dissimulé dans ma manche, je me faufilai discrètement dans le couloir. L’excitation du vol, ajoutée à celle de la leçon, empourprait mon visage. J’allai me réfugier dans les toilettes, où je m’installai dans la première cabine disponible pour contempler mon butin.

Assise sur la cuvette, Monsieur Bleubleu à la main, qu’avais-je d’autre à faire? J’ai relevé ma jupe, retiré mes sous-vêtements et me suis assise sur la cuvette. J’ai étendu mes jambes autant que je pouvais et ai commencé à faire glisser Monsieur Bleubleu, le dos appuyé contre le réservoir de la chasse d’eau, pour faciliter la besogne. My gode! Que Monsieur Bleubleu se sentait bien au chaud en moi! Il me baisait comme un chef. Et, heureusement pour moi, il s’est abstenu éjaculer son sperme indigo lorsque je déclarai forfait.

Mon crime accompli, je me demandai ce que je devais faire de Monsieur Bleubleu. Le rendre innocemment à son propriétaire, dans l’espoir qu’il le porte à sa bouche? Le donner à ma copine Nadine, aussi folle que moi du beau Trang? En faire don à l’Armée du Salut pour les enfants nécessiteux? Après avoir longuement réfléchi à ce dilemme moral, je décidai tout simplement de le garder avec moi. Depuis, Monsieur Bleubleu viste régulièrement les toilettes publiques en ma compagnie. Son encre s’est tarie depuis longtemps, mais il reste le compagnon tout désigné d’une femme de lettres.