Masturbation

Il y a 45 articles étiquettés Masturbation

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman s’occupe comme elle peut
De ses charmants petits morveux
Mais vingt heures? Il est plus que temps
D’aller rejoindre son amant

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman se fait bien du souci
Pour sa ribambelle de petits
Mais quand il est passé vingt heures
Elle pense à son vibromasseur

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit

Maman fera une crise de nerfs
Si ce soir vous lui pompez l’air
Dans son bain elle veut mariner
Avec Cinquante nuances de Grey

C’est bientôt l’heure des mamans
Allez, préparez-vous, enfants
Enfilez votre robe de nuit
Et allez vite vous mettre au lit.

 

Quand je suis allumée, quand j’ai le feu au cul
Je suis excitée en ton honneur.
Quand je cours me cacher dans ma chambre
Pour soulager la tension du mieux que je peux
Je verrouille la porte en ton honneur.
Quand je passe mon t-shirt par-dessus ma tête
Je l’envoie valser à travers la pièce en ton honneur.
Quand je laisse tomber mon vieux jeans sur le parquet
Je fais glisser ma culotte en ton honneur.
Quand je sors ma copie de Passions saphiques au collège
Du tiroir où je cache mes plus obscures perversions
Je lis un passage bien juteux en ton honneur.
Quand je m’assois sur le lit, jambes écartées
Sur l’édredon – cul nu calé contre l’oreiller
Je fais courir deux doigts sur ma fente en ton honneur.
Quand je glisse une main sous mon soutif
Je pince un mamelon tout durci en ton honneur
Quand j’attrape mon vibro préféré
Celui qui gronde comme les cavaliers de l’Apocalypse
Je l’enduis généreusement de KY en ton honneur.
Quand je le frotte tout autour de mon clito
Et que des ondes délicieuses me transpercent
Transverbérée par la pureté de l’amour charnel
Je me laisse bercer par la houle en ton honneur.
Quand j’échappe et laisse choir mon bouquin
Que j’imagine tes flammes capillaires soyeuses
Caressant l’intérieur de mes cuisses
Mes orteils se crispent en ton honneur
Quand je me sens tanguer comme dans un bateau ivre
Quand je bascule dans l’abysse aveuglant du plaisir
Quand le plaisir en cascades vient épicer mon sang
Je détrempe et embaume mes draps en ton honneur.
Et quand tout est rangé, que le tiroir est refermé
Que j’ai repris à peu près forme humaine
J’essuie tout ce charmant désordre en ton honneur.

Il fait sombre, mais une lueur diffuse venue de quelque part éclaire suffisamment le dortoir pour que je puisse observer tout ce qui s’y passe sans trop faire d’efforts. Dans le lit d’à côté, Pierrot est couché sur le dos. Il ne porte que le t-shirt jaune-canari réglementaire du camp – mais la nuit, tous les t-shirts sont gris. Les yeux fermés, la main enroulée autour de son pénis en érection que dans son demi-sommeil il caresse paresseusement de haut en bas. Ce cher, ce tendre Pierrot.

Isabelle, sur son lit, s’est soulevée sur un coude. Sa nuisette arrive à peine à contenir ses seins lourds et la lueur de la lune se reflète dans ses yeux. Elle contemple fixement Pierrot, sa main, ses cuisses musclées, la cambrure veineuse de son membre.

Je veux la voir se lever pour le rejoindre dans son lit, je veux la regarder l’enjamber, relever son baby doll, écarter ses lourdes cuisses et remplacer la main maigre de Pierrot par la dense volupté de son sexe. Ou alors, glisser dans un demi-sommeil et mêler mes rêves alors grognements et à leurs soupirs pendant qu’ils baisent l’air étouffant d’humidité du dortoir, dans le lit juste à côté de moi.

Mais nous sommes beaucoup trop fatiguées, elle comme moi, pour consentir à un tel effort. Elle va comme moi se contenter de le regarder se caresser jusqu’à ce qu’il jouisse, jusqu’à ce qu’il se répande et s’essuie sur ses draps tachés, jusqu’à ce que nous nous endormions tous les trois dans l’odeur aigrelette de son foutre.

Demain, demain peut-être – si les petits monstres ne vampirisent pas toute notre énergie, comme ils l’ont fait chaque jour depuis trois semaines.