Sperme

22 articles tagged as Sperme

Bouillante de colère, incapable de garder le silence plus longtemps, Luce se leva de table et alla rejoindre Joël dans la cuisine.

— Mais quel trou de cul, ce connard! s’écria-t-elle dès que la porte se referma derrière elle. Stupide, grossier, arrogant, prétentieux…

— Alouette…

— Ouais. Je le plumerais volontiers. Avec du goudron.

— S’il n’était pas le chum de ta sœur, il y a longtemps que je l’aurais étampé dans le mur, avant de le crisser dehors sur le banc de neige à coup de pied dans le cul. Ce gars-là est une brute avec un accent snob… il est la preuve vivante qu’une éducation à Brébeuf ne te rend pas nécessairement moins imbécile.

— Mélanie m’a dit qu’il est ignoble avec elle depuis le premier jour de leur cohabitation. Elle était vraiment dans tous ses états, la semaine dernière, au téléphone. Il lui a fait une crise parce qu’elle ne voulait pas lui donner son blow job quotidien… et lorsqu’elle s’est enfin exécutée, il a fini par se rebraguetter après une minute et la planter là en disant quelque chose comme «t’es nulle, je vais aller voir une pute»… pour revenir aux petites heures, saoul comme une botte et fleurant le parfum cheap pour femme.

Joël soupira.

— Pourquoi endure-t-elle tout ça?

— Je crois qu’elle est enfin prête à le plaquer. Elle m’a demandé si je connaissais des appartements à louer.

— Tu aurais dû me le dire plus tôt, chérie. Tu te rappelles, Charles? Le gars qui a sous-loué mon ancien appart? Il m’a dit qu’il cherchait quelqu’un pour reprendre son bail…

— Ce serait parfait pour elle! Je vais lui en parler ce soir.

Luce devint tout à coup songeuse, puis, sourire narquois au visage, elle demanda à Joël :

— La béchamel est prête, pour les crêpes?

— Presque.

— Je crois qu’il nous manque un ingrédient pour notre invité de marque… combien de temps il te faut pour m’en éjaculer une portion généreuse?

— Avec ton aide, à peine le temps de dire « va chier, salopard ».

— Dans ce cas… à mon fourneau, maître queux !

— Tiens, chéri… tu es encore debout?

— Ouais. Ils passent Le Cuirassé Potemkine.

— Faudrait que je le regarde un de ces jours. Il parait que c’est drôlement bon.

— Tu es encore allée te faire…

— Oui. C’est vendredi, hein.

— Combien, cette fois-ci?

— Trois. C’était une soirée faste, ils étaient en forme. Un des gars avait garé sa voiture dans la ruelle derrière le bar, on était tranquilles.

— Et dans le cul?

— Un seul.

— Ah.

— Dommage. J’aurais bien aimé qu’ils me remplissent.

— Ce n’est rien, voyons. Je ne veux pas que tu te fasses mal.

— Tu sais que je suis faite solide. Tu te rappelles, quand j’en avais pris six fois?

— Tu parles si je m’en souviens. Tu débordais, littéralement.

— Bon, on fait ça comment? Je suis claquée, j’ai envie d’une douche et d’un dodo. Comme d’habitude? À moins que tu aies quelque chose de spécial en tête…?

Il se lève de son fauteuil et dit :

— Il est trop tard pour la fantaisie. Allons-y pour le plus simple.

Il se couche sur la moquette, entre les jambes de sa femme. Elle releva sa jupe, s’accroupit et, ne portant pas de culotte, s’exécuta.

— Tu te rends compte à quel point je suis une gentille épouse? Quand je sors, jamais je n’oublie de ramener à boire à mon petit mari.

Tout ce que j’apercevais au premier regard était un amoncellement informe de corps, une pile de membres s’agitant rythmiquement, de façon désordonnée, mais non sans grâce. Il fallait que je plisse les yeux pour pouvoir détailler dans la pénombre le tableau scandaleusement obscène qui se déroulait devant moi.

Angélique, mon amour, rivait ses yeux rougis sur les miens. Elle était assise à califourchon sur un inconnu dont la bite était enfoncée jusqu’aux couilles dans sa chatte. Un autre inconnu, posté derrière elle, la sodomisait précautionneusement, avec une délicatesse maniérée. En les voyant besogner joyeusement, je me suis surprise à fredonner mentalement Valderi Valdera – il y a fort à parier qu’ils se sentaient comme de joyeux promeneurs du dimanche tant les sentiers qu’ils empruntaient avaient été, avant leur passage, longuement balisés et parcourus de long en large. Pantelante, la tête renversée, la bouche ouverte, les lèvres et le menton couverts du sperme du travesti poilu comme un grizzli qu’elle venait tout juste de sucer, Angélique y était presque – enfin, je l’espérais. Car voyez-vous, c’est très difficile pour ma chérie : les arrangements se doivent d’être toujours plus complexes, toujours plus extravagants et surtout, jamais deux fois les mêmes. Je suis bien placée pour le savoir, puisque c’est toujours à moi que le devoir incombe de mettre en place tout ce que son plaisir exige.

Quant à moi, je contemplais la longue ascension d’Angélique vers le plaisir assise paresseusement sur le canapé pendant qu’un apache portant Doc Martens et mohawk jaune me léchait la chatte avec un enthousiasme stimulé par la vigoureuse enculade que lui prodiguait avec un gode ceinture monumental une grasse butch au sourire niais et partiellement édenté. Même s’ils ne se connaissaient pas il y a une heure à peine, ces deux-là s’en donnaient à cœur joie dans l’unique but de me satisfaire… dommage que j’ai oublié de leur demander leur nom, ça aurait pu servir une prochaine fois.

Comme d’habitude, j’ai joui la première, cette fois-ci en tordant dans mon poing la mèche canari du gringalet dont le nez s’est écrasé contre mon pubis. Surprise, la corpulente gouine s’est crispée, faisant du coup sortir le gode du cul de son amant dans un «flop» baveux. Ce fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres. Il n’en a pas fallu plus pour faire basculer Angélique dans l’orgasme; elle a d’abord émis un faible gémissement qui s’est ensuite mué en rugissement impétueux. Elle s’est crispée, trembla, puis, vaincue, elle a roulé sur le côté, abandonnant ses amants ahuris à leur bandaison inassouvie.

Il ne me reste plus maintenant qu’à la rapailler ses fripes et la ramasser à la petite cuillère pour la ramener à la maison. J’ai préparé une bonne soupe aux poireaux cet après-midi en prévision de notre retour. Je vais lui donner un bain, l’éponger, la poudrer et je vais ensuite la mettre au lit. Ses piles devraient être rechargées pour au moins trois ou quatre semaines – peut-être même cinq, si je suis chanceuse.